Les Amis de l'Orgue de Moudon
L'ORGUE

La Réforme ayant chassé les orgues des églises, il faudra attendre la deuxième moitié du XVIIIe pour qu’ils refassent leur apparition sur les tribunes. A Moudon, c’est en 1764 qu’on passe commande à un facteur d’orgues français(de Lille), Adrien-Joseph Potier – ce qui en fait l’orgue le plus ancien encore jouable du canton de Vaud. Après Moudon, Potier va réaliser trois instruments dans le canton de Berne (aujourd’hui disparus) , ainsi que celui d’Yverdon. L’orgue de Saint-Etienne est composé au départ de 14 jeux répartis sur un clavier et pédalier ; mais Potier lui-même va rajouter un jeu de mixture sous forme de façade secondaire dans la partie inférieure du buffet, parce que les Moudonnois ne trouvaient pas l’orgue assez puissant ! Par la suite, il subira plusieurs remaniements. En 1826 par Aloys Moser ; en 1874, par les facteurs Savoy d’Attalens ( remplacement de plusieurs jeux dans une esthétique romantique, et adjonction d’un second clavier ). En 1974, la maison Kuhn de Männedorf signe la dernière restauration. Elle s’est efforcée de remettre l’instrument dans son état original (notamment en supprimant les ajouts de 1874), tout en conservant l'adjonction du Positif, logé dans le soubassement. Le buffet, d’origine et bien conservé est représentatif de la structure classique française avec ses trois tourelles, alors que le décor sculpté, avec dorures et angelots rappelle plutôt l’époque baroque.

COMPOSITION
Grand Orgue:

Montre 8
Prestant 4
Doublette 2
Quinte major 2 2/3
Fourniture 4r
Bourdon 8
Flûte douce 4
Flûte 4
Tierce 1 3/5
Suavial 8
Positif pectoral:

Bourdon 8
Principal 4
Flûte 4
Octave 2
Quinte minor 1 1/2
Cymbale 2r
Cromorne 8
Tremblant



Pédale:

Bourdon 16
Octave basse 8
Trompette 8
Fourniture 3r


G.O./Péd.
Pos./Péd.
Pos./G.O.
En italique: Jeux dont les tuyaux sont partiellement ou totalement originaux

Le tempérament est inégal, dit "d’Alembert-Rousseau "
L’EGLISE SAINT-ETIENNE

Comment une cathédrale a-t-elle pu être érigée dans une si petite ville ?
Construite à la fin du XIIIe siècle - vraisemblablement à proximité du sanctuaire primitif de l’époque romaine - l’église Saint-Etienne illustre l’importance qu’avait prise la ville de Moudon comme capitale du Pays de Vaud Savoyard.
Elle servira au culte réformé après la conquête bernoise, en 1536. Ses dimensions, sa beauté, ainsi que la richesse de son décor intérieur – notamment les superbes peintures murales dégagées lors de la dernière restauration - et de son mobilier contribuent à en faire un des monuments marquants de l’architecture religieuse en Suisse. Par les rapports complexes de son architecture avec la Bourgogne, la Champagne, le Pays de Galles, et l’art cistercien - sans parler de ses particularités relatives à d’autres régions - Saint-Etienne de Moudon mérite bien le qualificatif de " petite Cathédrale".

© "Amis de l'Orgue de Moudon" 2017